AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Renault NEXT TWO et la vie à bord hyper-connectée pour tous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7242
Localisation : Pont-Farcy 14380
Date d'inscription : 16/01/2007

MessageSujet: Renault NEXT TWO et la vie à bord hyper-connectée pour tous   Sam 8 Fév 2014 - 15:47

Renault NEXT TWO et la vie à bord hyper-connectée pour tous - Samedi 8 Février 2014

 
Perte de temps, fatigue et stress, gaspillage de carburant : c’est le lot de l’automobiliste d’aujourd’hui sur des voies toujours plus congestionnées. Dans ces conditions, pourquoi ne pas accepter de se faire conduire ? Le véhicule autonome représente un réel progrès pour la mobilité du futur, dans une perspective de sécurité absolue.
 
 
Avec le prototype NEXT TWO, Renault présente sa vision d’un véhicule autonome à l’horizon 2020, associant délégation de conduite et connectivité pour redonner du temps aux automobilistes tout en améliorant leur sécurité.
 
« Avec le prototype de véhicule autonome NEXT TWO, Renault souhaite se positionner dès aujourd’hui sur des technologies de premier plan, pour un développement commercial que nous estimons à l’horizon 2020. Le choix de Renault avec NEXT TWO, c’est d’associer délégation de conduite et connectivité : la délégation de conduite pour renforcer la sécurité et redonner du temps au conducteur. La connectivité pour qu’il puisse profiter de ce temps retrouvé, en accédant à de nouveaux services tels que la visioconférence, l’achat en ligne, les informations touristiques, etc. » - Carlos Ghosn, Président Directeur Général de Renault.
 
Grâce des technologies simples et ingénieuses de perception de l’environnement, NEXT TWO libère l’automobiliste de la conduite pour lui redonner du temps dans des conditions bien précises :
 
● Délégation de conduite en situation d’embouteillage jusqu’à 30km/h sur voie rapide.
 
● Fonction voiturier qui assure le stationnement du véhicule en complète autonomie, de la recherche de , dans des parkings adaptés au véhicule autonome.  
 
Avec NEXT TWO, Renault propose aux automobilistes de profiter de ce temps retrouvé au travers d’une vie connectée. Basé sur un système de connectivité ouvert sur le monde, NEXT TWO capte tous les réseaux disponibles (3G, 4G, Wifi…) et est compatible avec 100% des systèmes d’exploitation. Les occupants accèdent à bord à tout ce qu’ils peuvent trouver à la maison ou au bureau.
 

Véhicule autonome : éléments de contexte

Lors du lancement du Programme Nouvelle France Industrielle, le gouvernement Français a nommé Carlos Ghosn leader du « projet véhicule à pilotage automatique ». Une feuille de route sera formalisée à la fin du premier trimestre 2014. Renault mobilisera les compétences de la filière française automobile dans le cadre de ce programme.

Dans le cadre de l’Alliance, Renault travaille en synergie avec Nissan sur le développement des technologies liées à la voiture autonome et connectée. De nombreux partenaires sont mobilisés pourles démocratiser</br>
 

 
NEXT TWO : LA MOBILITÉ DU FUTUR VUE PAR RENAULT Redonner du temps en toute sécurité, par la connectivité et la délégation de conduite
 
Avec NEXT TWO, Renault redonne du temps aux automobilistes. Grâce à la délégation de conduite associée à la connectivité, le conducteur et les autres occupants de la voiture vont expérimenter une nouvelle forme de mobilité. Travailler dans la voiture ou bien se détendre, laisser la voiture aller se garer toute seule… autant de nouveaux usages qui deviendront un jour possibles.
 
La congestion automobile est la cause de problèmes sociétaux de trois types :
 
● Une perte de temps de 60 à 80 heures par an dans les grandes agglomérations en Europe et aux Etats-Unis pour des trajets quotidiens aller-retour de 60 min (source TomTom® et INRIX)
 
● Une fatigue et un stress induit pour les conducteurs dans ces situations et qui ont un impact variable sur la santé et peuvent être à l’origine d’accidents de la circulation.
 
● Un gaspillage d’énergie chiffré à plus de 16 milliards de litres de carburant aux Etats-Unis et en Europe (source Gartner).
 
« Tout le monde est à la recherche de temps, surtout en voiture. NEXT TWO est donc conçu pour aider ses occupants à mieux gérer leur temps, à l’optimiser, pour faire que le temps subi ou perdu devienne un temps utile, ou agréable, dont chacun puisse disposer en toute sécurité pour se détendre, se cultiver, se faire plaisir, apprendre mais aussi travailler » explique Frédéric Mathis, le chef de projet NEXT TWO.
 
Pour Renault, la conduite autonome peut constituer une réponse efficace à ces enjeux. L'innovation majeure qui redonne du temps aux occupants de NEXT TWO, c'est la délégation de conduite. Ainsi, dans certaines zones, NEXT TWO propose au conducteur de prendre la main sur la conduite. Plus besoin de rester concentré sur la voiture de devant, ni de surveiller celle de derrière : NEXT TWO s’en charge, tandis que le conducteur a l'esprit libre pour se consacrer à autre chose.
 
La deuxième brique technologique du prototype NEXT TWO, c’est la connectivité. C’est en effet la capacité d’accéder aux services connectés sur le Cloud partout et à tout moment qui permet au conducteur de profiter au mieux du temps redonné par la délégation de conduite. C’est une vraie spécificité de l’approche Renault du véhicule autonome.  
 
1. VOYAGE DANS LE FUTUR : LES USAGES DE DEMAIN
 
Projetons-nous dans la mobilité du futur à bord de NEXT TWO, à travers deux exemples.
 
Être à l’heure à son rendez-vous
 
Au milieu de l'après-midi, Juliette, représentante commerciale, reçoit un SMS sur son smartphone. C'est son assistant de mobilité électronique qui la prévient. Si elle souhaite être à l'heure à son rendez-vous extérieur, elle devra partir à 16 heures. Le message précise que la durée du trajet sera de 43 minutes et intégrera un tronçon embouteillé sur voie rapide de 20 minutes autorisant la délégation de conduite. Renault-Next-Two (coupé).
 
Juliette lance sur son smartphone une application « voiturier automatique ». Cette dernière demande à NEXT TWO de venir la prendre à 16 heures au bas de l'immeuble, de façon complètement autonome. Si Juliette le souhaite, elle peut visualiser en direct sur l'écran de son smartphone ce que "voit" le véhicule en venant la récupérer grâce à une caméra située au niveau du rétroviseur intérieur. A 16h00 précises, Juliette se présente au point de rendez-vous où l’attend déjà NEXT TWO depuis quelques minutes.
 
Quand Juliette s'approche du véhicule, NEXT TWO l’identifie comme conductrice, débloque ses portes et configure le poste de conduite pour l’accueillir avec ses réglages favoris : position et inclinaison du siège, rétroviseurs, radio préférée. Juliette s'installe, démarre et suit les indications données par NEXT TWO sur l'écran de navigation et l’afficheur tête haute.
 
Un peu plus tard, alors que le véhicule entre dans la zone de délégation de conduite, NEXT TWO propose à Juliette de la libérer de la conduite, ce qu'elle accepte en actionnant la commande « conduite autonome ».
 
L’affichage tête haute vire au bleu pour lui signifier le passage en mode autonome, le siège adopte alors les réglages confort. Juliette peut finaliser la préparation de son rendez-vous à bord et en toute sécurité : elle accède instantanément à ses documents de travail et ses contenus multimédias stockés dans le cloud. Elle en profite pour appeler un de ses collaborateurs japonais en visio-conférence afin de peaufiner avec lui les derniers éléments de son argumentaire commercial.
 
Quelques minutes plus tard, le système de navigation signale une zone de travaux mobile sur le trajet, allongeant le temps de parcours de plus de 45 minutes. Si elle continue son trajet avec NEXT TWO, Juliette sera en retard à son rendez-vous. A partir de ce moment, Juliette a deux possibilités : continuer son trajet et gérer son rendez-vous en visio-conférence à bord de NEXT TWO, ou bien changer de moyen de transport pour être à l’heure au rendez-vous. Juliette choisit cette deuxième solution et lance l'application dédiée à la mobilité multimodale. Celle-ci propose trois trajets alternatifs, présentés sur l'écran tactile. Juliette sélectionne l’un d’entre eux sur l’écran tactile, qui prévoit de garer la voiture dans un parking situé à proximité puis de poursuivre en métro. Elle indique alors à haute voix "J'achète" pour réserver la place de parking et recevoir un billet de métro électronique sur son smartphone.
 
NEXT TWO lance alors le guidage vers le parking et quitte la zone de délégation de conduite. Juliette quitte la position confort et reprend le contrôle du véhicule. Elle se rend à l'entrée du parking où elle actionne la fonction "voiturier automatique". La voiture va se garer toute seule sur la place que le gestionnaire du parking lui a attribué, suite à sa requête quelques minutes auparavant. Pendant ce temps, Juliette se dirige à pied vers la station de métro. Elle sera à l'heure à son rendez-vous !
 
Retour à la maison
 
En fin de journée, Juliette roule en direction de son domicile après avoir récupéré sa fille Samantha à l’école. Elle aborde à nouveau une zone de délégation de conduite et décide de laisser la main à NEXT TWO.
 
Passant devant un panneau publicitaire, NEXT TWO annonce à Juliette le concert de son artiste favori. Cette information apparaît sur l'écran central. Séduite, Juliette décide d'acheter en ligne deux places sur le champ, qu'elle recevra automatiquement sur son smartphone, appairé au véhicule.
 
Un peu plus loin, toujours en zone de délégation de conduite, NEXT TWO identifie la présence d'une amie de Juliette à proximité. Juliette l'appelle en mode "main libre" et voit son visage apparaître sur l'écran. Lors de la conversation, cette dernière partage une photo avec elle, que Juliette transfère vers la tablette de sa fille, assise à côté d'elle, d'un geste de la main. Elle raccroche, et décide de profiter du temps de délégation de conduite restant pour se détendre en lançant l'application "Santé et Bien-être". Aussitôt, le siège massant se met en action, l’atmosphère lumineuse, sonore et olfactive de l’habitacle se transforme pour accompagner ce moment de détente.
 
Sur sa route, le véhicule passe à proximité d’un château qui est aussitôt signalé à Juliette sur l’écran de navigation, avec toutes les informations touristiques sur ce monument.
 
Arrivée à destination, Juliette lance la fonction « voiturier automatique ». Tandis que NEXT TWO se dirige vers le garage, Juliette et sa fille Samantha rentrent tranquillement à la maison.
 
2. VÉHICULE AUTONOME ET RÉGLEMENTATION : UNE QUESTION NATIONALE ET INTERNATIONALE
 
Contexte Nouvelle France Industrielle
 
Dans le cadre du programme "Nouvelle France Industrielle", le gouvernement Français a intégré le véhicule autonome parmi ses 34 plans industriels. La conduite du plan "Véhicules à pilotage automatique" a été confiée à Carlos Ghosn. La constitution de l'équipe projet (acteurs du monde automobile, mais aussi du secteur du numérique), ainsi que la feuille de route du projet seront achevées à la fin du premier trimestre 2014. L'une des premières étapes consistera à définir quels sont les textes réglementaires à faire évoluer pour permettre à des véhicules de se déplacer de manière autonome sur les routes. En effet, les réglementations internationales et les codes de la route nationaux qui en découlent, rédigés il y a plusieurs décennies, ne prévoyaient pas cette possibilité ! Les services de l'Etat ont mis en place une équipe interministérielle chargée d'aborder ce sujet clé avec les industriels. Le véhicule autonome peut en effet constituer un levier important de sécurité routière, 90% des accidents étant dus à une erreur humaine.
 
Contexte international
 
À travers le monde, il existe trois grandes approches en matière d’automatisation de la conduite. Certains pays, comme le Japon, y voient un moyen de maintenir le plus longtemps possible une population vieillissante en situation de conduite. Tout ce qui peut y contribuer est donc à priori bienvenu. D’autres pays, tels que les Pays-Bas s’intéressent à la conduite automatique pour d’autres raisons, principalement liées à la régulation du trafic. Ils considèrent que les automatismes pourraient favoriser une meilleure fluidité du trafic, en permettant par exemple à tous les véhicules engagés sur une même voie de rouler de façon homogène, en démarrant et en s'arrêtant en même temps, de façon synchronisée - on parle de « platooning ».
 
Enfin, d'autres pays encore estiment que l'automatisation de la conduite est de nature à améliorer la sécurité routière. L'Europe devrait ainsi rendre obligatoire un certain nombre de systèmes d’aides à la conduite – détection de piéton, freinage d’urgence, alerte de franchissement de ligne, etc –, qui pourraient mener petit à petit vers la délégation de conduite. Les Etats-Unis ont été les premiers à autoriser sous certaines conditions et dans certains Etats, des essais sur route ouverte pour les véhicules autonomes.
 
VERS UNE DÉLÉGATION DE CONDUITE POUR TOUS
 
Un concept ingénieux et abordable
 
Développer une voiture autonome capable de rouler toute seule en toute sécurité et en toutes circonstances demandera encore quelques années de recherche pour les constructeurs. Elaboré sur la base d’une Renault ZOE, le prototype NEXT TWO représente une première étape dans cette direction en proposant un concept ingénieux et abordable de délégation de conduite, dans des situations bien définies et à forte valeur ajoutée pour l’automobiliste. NEXT TWO est équipé d'une caméra, d'un radar et d'une ceinture d'ultra-sons qui créent une bulle de protection autour du véhicule, garantissant la sécurité de ses occupants.
 
 
1. UN SYSTEME DE PILOTAGE INTELLIGENT QUI S’APPUIE SUR DES TECHNOLOGIES ACCESSSIBLES
 
Fidèle à sa philosophie de rendre accessible les technologies performantes au plus grand nombre, Renault a voulu que NEXT TWO soit abordable. « NEXT TWO est un prototype réaliste, intégrant des technologies suffisamment matures pour être embarquées dans les modèles de série à moyen terme » poursuit Frédéric Mathis. « Il tire le meilleur parti de technologies accessibles, avec l’idée de permettre une diffusion la plus large possible. » La délégation de conduite, s’appuie notamment sur les équipements ADAS qui seront commercialisés à partir de 2014.
 
Simple et efficace, le système repose sur deux capteurs principaux qui permettent d'analyser l'environnement du véhicule : un radar placé sur le bouclier avant et une caméra située au niveau du pied du rétroviseur central. Le système est complété par une ceinture d’ultrasons autour du véhicule. Tous ces systèmes sont pilotés par un superviseur qui fait office de chef d’orchestre.
 
Un radar et une caméra
 
Le radar est utilisé pour détecter le véhicule qui précède, tout en calculant sa distance et sa vitesse. La caméra sert à détecter les marquages latéraux au sol, afin de bien positionner le véhicule sur sa voie de circulation. Sur ce sujet, Renault travaille en coopération avec le Laboratoire sur les interactions véhicule-infrastructure-conducteurs (LIVIC), un laboratoire de recherche de l'INRETS spécialisé dans les systèmes avancés d'aide à la conduite. "Ce laboratoire nous aide à définir les stratégies de conduite en fonction du degré de fiabilité des informations liées au marquage au sol " explique Frédéric Mathis, Chef de projet NEXT TWO.
 
Un superviseur pour les coordonner
 
Les données issues du radar et de la caméra sont transmises à un superviseur, qui communique avec les calculateurs de la direction assistée électrique, du moteur électrique et du freinage à pédale découplée. Afin de suivre le flot de circulation, il adapte les consignes moteur et frein. De même, pour rester dans la voie de circulation, il adresse au système de direction une consigne d’angle à respecter. Le calculateur doit notamment veiller en permanence à ce qu'il n'y ait pas de contradiction entre les instructions envoyées aux trois organes, pour éviter par exemple que la voiture accélère en plein virage, ou freine brusquement en raison d'une détection intempestive. « Nous avons également particulièrement soigné les façons de reprendre la main par le conducteur » précise Frédéric Mathis. Cette intelligence embarquée fait toute la différence entre la fonction délégation de conduite de NEXT TWO et les fonctions ADAS* dissociées, type Régulateur de distance de sécurité et Alerte de franchissement de ligne qui existent aujourd’hui.
 
* Advanced Driver Assistance Systems
 
2. LE CHOIX DE SITUATIONS A FORTE VALEUR AJOUTÉE
 
Libérer l’automobiliste de la conduite suppose une maîtrise absolue de la sécurité. Dans l’approche NEXT TWO, la délégation de conduite n’est autorisée que dans deux situations bien précises, réunissant les conditions de sécurité.
 
Embouteillage sur voies rapides
 
Pour que NEXT TWO bascule en mode délégation de conduite, le véhicule doit se trouver sur une route «protégée». Il s’agit d’une route de type voie rapide sans piéton ni cycliste en situation d’embouteillage dont la vitesse n'excède pas 30km/h, sans changement de file. Enfin, la durée de délégation ne peut être inférieure à cinq minutes. Si ces conditions sont remplies, alors NEXT TWO propose au conducteur d’enclencher la délégation de conduite. Le véhicule conduit à sa place et il peut se consacrer à autre chose.
 
 
Fonction Voiturier Automatique
 
Doté d'une fonction Voiturier Automatique très pratique au quotidien, NEXT TWO est capable de se garer tout seul ou de venir chercher son conducteur au pied du bureau ou à son domicile. Cette fonction est commandée par le smartphone via une application dédiée.
 
« Nous poursuivons nos travaux de recherche afin d’assurer les transitions les plus simples entre les moments de conduite déléguée et ceux assurés par le conducteur. Nous travaillons à étendre la délégation de conduite par étapes progressives quel que soit le niveau de complexité, de la voie rapide à la ville. L’extension des zones de délégation complexifie la diversité des situations et donc l’exigence de validation. » Rémi Bastien, Directeur Engineering et Innovation de Renault
 
 
3. UNE INTERFACE HOMME MACHINE INTUITIVE, POUR RASSURER LE CONDUCTEUR
 
NEXT TWO est un prototype élaboré, capable d’offrir une délégation de conduite totale dans certaines conditions. Son Interface Homme Machine a été conçue pour simplifier la vie du conducteur et des passagers et leur laisser une impression de bien-être et de simplicité.
 
Le réalisme aux commandes
 
La délégation de conduite constitue une rupture non seulement technologique mais également psychologique, celle d’accepter de se laisser conduire par un automate. L’un des enjeux forts a donc consisté à créer les conditions pour que ce passage de relais au véhicule soit bien compris et réalisé en toute confiance. « Nous avons fait en sorte que le fonctionnement du système soit clair, compréhensible et prévisible » souligne Frédéric Mathis, le chef de projet NEXT TWO.
 
En mode automatique, l’afficheur tête haute HMD (Head Middle Display), un écran translucide placé en haut de planche de bord, vire au bleu lorsque la voiture prend la main, Et ce, afin de créer une sorte d’association réflexe dans le cerveau du conducteur : mode automatique = bleu.
 
« Nous avons souhaité quelque chose de très binaire pour éviter toute ambiguïté sur le fait de savoir qui pilote la voiture à un moment donné » précise Frédéric Mathis.
 
En conduite déléguée, le dialogue entre le conducteur et la voiture se fait à travers l’afficheur tête haute et l’écran du tableau de bord, selon une logique précise.
 
Un afficheur tête haute HMD (Head Middle Display) pour une information et une réaction rapide du conducteur
 
NEXT TWO est équipé d’un système de réalité augmentée : cette technologie consiste à superposer sur une image réelle des informations complémentaires, utiles pour le conducteur. Sur NEXT TWO, décision a été prise de s’en servir en conduite conventionnelle pour créer une sorte de navigation enrichie. Tous ceux qui ont déjà utilisé un système de navigation savent que dans certaines situations complexes – rond-point ou échangeurs, par exemple – il n’est pas toujours aisé de s’y retrouver et de prendre les bonnes décisions.
 
« Sur NEXT TWO, le fléchage vient se superposer à une vidéo en temps réel de la scène routière, projetée sur le HMD. Il devient ainsi facile de se diriger en toutes circonstances puisque le fléchage se superpose à la scène routière réelle. Le système surligne également les panneaux de signalisation ayant un impact sur l’allure (priorité à droite, passage piéton, virage dangereux…), mais pas les autres, pour éviter de surcharger inutilement l’attention du conducteur. » poursuit Frédéric Mathis.
 
En conduite déléguée, le conducteur peut détourner le regard de la route. Dans ce cas, le HMD sert à afficher des informations permettant de le rassurer sur ce que fait le véhicule à l’instant t. Par exemple, si NEXT TWO détermine sa position longitudinale par rapport à un véhicule cible situé devant lui, ce dernier sera identifié par un surlignage. De plus la qualité de détection du marquage au sol est affichée en mode « délégation de conduite » : si NEXT TWO estime que la qualité n’est plus suffisante et demande au conducteur de reprendre la main, celui-ci saura immédiatement pourquoi en regardant le HMD.
 
Un écran multimédia central avec interaction tactile et gestuelle
 
En position centrale, on retrouve un grand écran multimédia offrant une interaction « multi-modale », à la fois tactile, vocale mais aussi gestuelle. Au moyen d’une barre infrarouge située en partie haute, ce dispositif est capable de détecter certains mouvements simples, du type haut / bas, droite / gauche, ou inversement. C’est simple, mais cela suffit pour que le conducteur puisse, d’un geste de la main, faire défiler des listes verticalement (ses contacts par exemple), ou horizontalement (série de photos, fréquences radios). Et ce, sans avoir à décoller l’épaule du siège pour porter son doigt jusqu’à l’écran. Cette « bulle d’interaction » permettra également de zoomer ou d’ouvrir un « pop-up », par exemple. Toujours d’un simple geste, le conducteur peut également transférer une photo ou un document de l’écran central vers les tablettes nomades des autres occupants du véhicule.
 
Un siège intelligent
 
Ce siège adapte ses réglages en fonction du conducteur au moyen de ses commandes électriques,. Intelligent, il interroge une base de données ergonomie hébergée sur le Cloud afin de déterminer les réglages optimaux en fonction de la morphologie du conducteur.
 
4. SÉCURITÉ ET BIEN-ÊTRE POUR LES AUTOMOBILISTES
 
Une bulle de protection autour du véhicule
 
NEXT TWO répond à une aspiration forte des clients, telle qu'elle ressort des études menées par Renault dans le cadre du projet : la sécurité. L’objectif est de réduire le plus possible les risques d’accident en faisant beaucoup mieux que la conduite par l’homme.
 
« Pour Renault, la sécurité est un « dû » qui ne doit souffrir aucun compromis. Les technologies récentes permettent d’augmenter considérablement la connaissance en temps réel de l’environnement du véhicule et ainsi de prévenir tout accident. Dans les zones de délégation de conduite proposées par NEXT TWO, la voiture autonome est plus sûre que l’homme» Rémi Bastien, Directeur Engineering et Innovation de Renault
 
Le système de captation de l’environnement de NEXT TWO crée une véritable bulle de protection autour du véhicule, gage de sécurité pour les occupants.
 

La délégation de conduite : une réponse aux enjeux de sécurité routière

Le premier bénéfice de la délégation de conduite est de renforcer la sécurité des utilisateurs des voies de circulation (automobiles mais aussi indirectement les deux roues) puisque l’erreur humaine est en cause dans plus de 90% des accidents.

Afin de proposer un automatisme simple, Renault a choisi d’offrir cette conduite autonome dans des conditions volontairement limitées et pourtant parmi les plus fréquentes et donc les plus pénalisantes. Ces conditions sont celles de la conduite sur voies rapides (autoroute, périphériques) en embouteillage pour des vitesses inférieures à 30 km/h :

En termes de sécurité, avec la conduite humaine, l’accidentologie à bord des véhicules y est très faible (moins de 1.2% de blessures modérées) à cause des vitesses très basses, mais on déplore des accidents graves entre deux roues et automobiles.

Dans ces conditions, la conduite autonome réduira à presque zéro les risques de collision, par la détection systématique de tous les véhicules environnants (dont les deux roues)</br>


Des fonctionnalités dédiées au bien-être
 
Les études faites dans le cadre de ce projet, ont également mis en exergue une autre attente, portée par le vieillissement de la population : la santé.
 
NEXT TWO répond à cette attente en proposant une application santé et bien-être : le siège intelligent possède une fonction détente associée à différentes atmosphères (lumineuse, sonore et olfactive) qui permettent de se relaxer et de profiter autrement du déplacement… en toute sécurité puisque le véhicule gère le trajet de manière autonome.
 
HYPER-CONNECTIVITÉ
 
À vous d’inventer la vie qui va avec
 
En 2012, Renault s’est illustré dans le domaine de la connectivité avec la sortie de R-Link, un système qui intègre à l’intérieur du véhicule une tablette tactile connectée au « Cloud ». Avec un usage limité bien entendu par la sécurité et la nécessité de maintenir l’attention du conducteur sur la conduite, une priorité absolue pour Renault.
 
Grâce à la délégation de conduite, NEXT TWO résout cette problématique en libérant l’attention du conducteur, sous certaines conditions. NEXT TWO va plus loin en proposant d’utiliser au mieux ce temps retrouvé avec un système de connectivité haut débit.
 
NEXT TWO permet ainsi de suivre une visio-conférence, de réserver des billets de concerts en ligne, de prendre des rendez-vous, d’organiser sa journée, de capter de l’information touristique ou commerciale, utiliser des parcours multimodaux, se détendre.
 
1. UN SYSTÈME OUVERT SUR LE MONDE
 
Pour tester en situation réelle les usages permis par les très haut débits mobiles (bureau virtuel, Cloud gaming et même visioconférence multipoints), la 4G a été installée en avant-première au sein des sites de recherche et d’expérimentations de Renault, ceci dans le cadre du partenariat signé avec Orange sur l’exploration des usages de la 4G à bord des véhicules du futur.
 
NEXT TWO capte tous les réseaux disponibles
 
Equipé d’un modem (un "routeur mobile" en langage technique) multi-standards, NEXT TWO est capable de basculer instantanément d’un réseau à l’autre. En fonction du besoin et des canaux disponibles à l’instant t, NEXT TWO peut s’appuyer sur les connexions 2G, 3G, 4G, WiFi, WiFi Wave, Hotspot et Bluetooth®. « Nous voulons offrir aux utilisateurs une connectivité performante à moindre coût. Aussi, NEXT TWO est-t-il capable de basculer de la 4G vers le Wi-Fi gratuit dès que celui-ci est disponible dans son environnement » indique Frédéric Mathis.
 
NEXT TWO est compatible avec 100% des systèmes d’exploitation
 
Grâce à la plateforme multimédia open source qu’il embarque, NEXT TWO est compatible avec Androïd, IOS, Windows 8…et tout autre système d’exploitation. L’utilisateur accède à bord à tous les services connectés disponibles sur le Cloud. C’est ce qui fait la force du système ouvert proposé par Renault à travers ce prototype.
 
2. CONNECTIVITE HAUT DÉBIT ET VISIOCONFÉRENCE
 
NEXT TWO permet la mise en oeuvre à bord d'une visioconférence. Désormais banale à la maison ou au bureau, la visioconférence s'avère nettement plus difficile à mettre en oeuvre dans une voiture, car elle nécessite un « écosystème » technique très complexe pour assurer une continuité de connexion. Les utilisateurs n'apprécieraient pas que leur visioconférence soit interrompue lors du passage d’un réseau à l’autre. Grâce au modem multi-standards, le basculement est imperceptible pour les utilisateurs. Renault a travaillé en coopération avec le CEA* pour mettre au point cet équipement complexe.
 
* Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives
 
 
3. UN BUREAU VIRTUEL SUR LE CLOUD
 
Parmi les autres services, on peut citer le bureau virtuel avec ses applications bureautiques disponibles dans un cloud. A bord de NEXT TWO, on retrouve le même environnement électronique et informatique qu'à domicile ou au bureau. On pourra téléphoner, envoyer des mails, télécharger une vidéo ou écouter de la musique en streaming, et bien plus encore... Et ce, en toute sécurité et avec une parfaite continuité de connexion. NEXT TWO accède à ces nouveaux services à partir d’un simple navigateur Web, sans avoir à installer des applications particulières comme c’est le cas aujourd’hui.  
 


Crédits photos : Luc Perenom, Renault Design, Renault Communication
 
PARTENAIRES :

- CEA*: modem / routeur multiréseaux : 2G, 3G, 4G, WiFi, WiFi Wave, Hotspot, Bluetooth®

- Orange : infrastructure réseau 4G, service de bureau virtuel, visioconférence multipoint Open Vidéo Présence Ready

FOURNISSEURS :

- Visteon : serveur d’IHM embarqué (INNO)

- IFSTTAR** / LIVIC*** : logiciel de perception de l’environnement véhicule

- 2 Start-ups : OBH Digital (interface smartphone) / Xbrain soft (assistant personnel de mobilité multimodale)

- Faurecia : siège connecté électrique massant

* Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives
** Institut Français des Sciences & Technologies des Transports de l’Aménagement et des Réseaux
*** Laboratoire sur les Interactions Véhicule Infrastructure Conducteur</br>


Source : Communiqué de presse et Photos Renault (du 6 février 2014)
 


_________________

"l'union fait la force"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autos-infos-normandi.niceboard.com En ligne
 
Renault NEXT TWO et la vie à bord hyper-connectée pour tous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Booster Arabian Nights
» Chat-Minou à bord
» [Programme TV] A bord du Charles de Gaulle
» le tableau de bord du KA 50
» journal de bord d'un jeune cpt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE COIN AUTOMOBILE :: VOITURES FRANCAISES DE NOS JOUR :: Renault ●-
Sauter vers: